СДАМ ГИА: РЕШУ ОГЭ
Образовательный портал для подготовки к экзаменам
Французский язык
французcкий язык
сайты - меню - вход - новости



О ПОЛОМКЕ И ВОССТАНОВЛЕННОЙ КОПИИ РЕШУ ОГЭ

Задания
Версия для печати и копирования в MS Word
Задание 4 № 291

Вы услышите разговор двух друзей. Выберите цифру 1, 2 или 3, соответствующую выбранному Вами варианту ответа. Вы услышите запись дважды.

 

Воспользуйтесь плеером, чтобы прослушать запись.

 

Cet incident où s’est-il passé ?

 

1) dans la rue

2) dans un café

3) dans le métro

4)

Пояснение.

Расшифровка записи
Au commissariat

Virginie : Bonjour monsieur, je voudrais faire une déclaration de perte.
Comissaire : Bon, asseyez-vous, madame, je vous écoute.
Virginie : Voilà, ce matin, j'ai pris le métro vers huit heures à Vanves, je suis descendue à Montparnasse. Je me suis aperçue que je n'avais plus ma mallette en arrivant au bureau. J'ai tout de suite téléphoné à la RATP, mais personne n'avait rapporté de mallette. Je suis vraiment ennuyée parce que j'avais tous mes papiers dedans et que je dois partir après-demain pour l'étranger.
Comissaire : Il y avait beucoup de monde dans le métro ?
Virginie : Mais bien sûr ! Comme toujours aux heures de pointe !
Comissaire : Qu'est-ce que vous aviez exactement dans votre mallette ?
Virginie : Eh bien, mon portefeuille avec mes papiers d'identité, un livre, des notes, mon carnet d'adresses... et mes clés.
Comissaire : Alors, vous n'avez plus de papiers d'identité?
Virginie : Non, et c'est bien ça qui m'ennuie. De plus, je suis étrangère, plus
précisément, je suis suisse.
Comissaire : Il va falloir que vous alliez à votre consulat avec une copie de votre déclaration de perte. On vous fera des papiers provisoires. Vous aviez de l'argent ?
Virginie : Oh ! pas grand-chose, heureusement ! Cent ou deux cents francs au maximum. Des francs suisses !
Comissaire : Est-ce qu'on peut vous joindre par téléphone dans la journée ?
Virginie : Bien sûr. Au 01 44 90 70 82, je voulais dire au 01 44 90 70 82.
Comissaire : C'est votre numéro direct ?
Virginie : Non, ce n'est pas le mien. C'est le numéro de la secrétaire. Normalement, je travaille à Fribourg. Mais elle est au courant.
Comissaire : De toute façon, le sien ou le vôtre, pour nous, c'est la même chose. L'important, c'est que nous ayons un numéro à Paris. Dès que nous saurons quelque chose, nous vous appellerons.
Virginie : Merci bien. J’espère que vous réussirez. Au revoir, monsieur.
Comissaire : À votre service, madame.

Virginie : Voilà, ce matin, j'ai pris le métro.